samedi 15 novembre 2008

Caddie du vendredi un peu freaky

Craquage de carte bancaire et razzia en librairie cette semaine, avec ces livres que je convoitais depuis quelques semaines déjà. Et que je conseille à tous d'ailleurs ;)

Par le fait du hasard, ce ne sont pas forcément les lectures les plus drolatiques au monde, surtout La chambre d'Albert Camus et autres nouvelles de William Réjault (alias Ron l'infirmier). Je m'attendais à retrouver un peu l'humour du bloggeur que je lis depuis un bout de temps (oulah 2 ans presque!) dans ce premier livre, mais pour l'instant je suis plutôt attéré par ces histoires terribles (mais banales hélas!) de patients, de malades, et d'infirmier(e)s en détresse...
Mais bon, je lis P.G.Woodehouse pour équilibrer!

Suckle suivi de Crumple réunit deux histoire de Dave COOPER. Dave Cooper que j'adore depuis Ripple et que je vénère depuis Dan & Larry: Fais pas ça! Pour situer, c'est un mélange de Crumb, pour le côté "cartoon sexuel débridé", et du Disney des années 1930 avec ces personnages au look rétro. Le tout baigne dans le bizarre, le malaise, le fantasme trouble, et les rêveries coupables...
De chouettes galerie de work in progress sont disponibles sur son flickr.

Je ne connais pas plus que ça les deux auteurs PIRUS ou MEZZO, mais Le Roi des Mouches a l'air très bien: une sorte de Charles Burns français et en couleurs, avec une touche de David Lynch pour sublimer le tout! Pour l'instant, je l'ai juste feuilleté, mais ces 120 pages ont l'air très prometteuses!

Si je précise que No comment de Ivan BRUN commence par le récit d'une Star Ac' version Salo ou les 120 jours de Sodome, je crois que j'ai à peu près situer la chose....
C'est donc une BD forte, à ne pas mettre entre toutes les mains, mais bouleversante et désespérée, organisée en de courtes historiettes où des personnages - qui ne rappellent ceux d'Arthur de Pins que par leur aspect rondouillard - sont les victimes/bourreaux d'une société malade et violente...



Et enfin, un bon petit album de garage sixties des furieux Count Five: leur unique album culte de 1966 Psychotic Reaction, pour faire passer tout ça, ça se refuse pas!

Count Five - Psychotic Reaction (4,5 Mo - 3'37mn)

1 commentaire:

  1. Haha ! Toi aussi tu as craqué pour l'album des Count Five. Considéré (à juste titre?) comme le meilleur pire album de tout les temps :)
    Et cette pochette, tout simplement incroyable !
    (merci pour le lien sur mon blog au passage)

    RépondreSupprimer