vendredi 26 novembre 2010

Lovecraft, Andreas & Barlow


Lovecraft, Andreas et Barlow? Le premier est un écrivain célèbre, le second est un dessinateur fameux, et le troisième... un intrus inconnu? Pas tout à fait... En fait je découvris son existence dans Révélations Posthumes, une étrange bande dessinée de Rivière (du duo Floc'h-Rivière) où le jeune Andréas débute sa talentueuse carrière (1980) par des planches superbes entre "carton à gratter" et "gravure façon Berni Wrighston". Berni qui? Lisez donc Le Chat Noir de Poe ;) On y relate des épisodes semi-ficitfs de la vie de célèbres écrivains (Jules Verne, Agatha Christie...), dans des ambiances fantastiques.
Robert-Howard Barlow était en fait un des nombreux jeunes correspondants de l'écrivain de Providence, qui plus tard se distingua comme anthropologue (précolombien). La courte histoire de 8 pages relate l'amitié entre les deux hommes, et une sociabilité inattendue chez l'écrivain. Peu de fantastique à vrai dire,  et le récit m'avait assez décu quand j'avais découvert l'album il y a quelques années. C'est lorsque j'ai lu l'article de Jan Baeten, Un fantastique muet: H.P. Lovecraft et R.H. Barlow (Image & narrative n°2, 2001), que j'ai pu "entrer" dedans et mieux saisir de quoi il était question...
La biographie de R. H. Barlow, ami imaginaire de H. P. Lovecraft, qui constitue le premier récit des Révélations posthumes d'Andrés et Rivière est un exmple de fantastique qui s'évite, d'antifantastique qui subvertit la représentation de la réalité tout en niant de le faire en utilisant les possibilités narratives propres à la bande dessinée. Des images faites pour ressembler à des photographies, des textes qui traversent la page et forment un contrepoint visuel à l'alignement habituel des cases en bandes superposées sont autant de stratégies formelles qui complètent l'omniprésence dans le récit biographique d'une logique du double et de rupture entre éléments liés.
Un scan géant pour apprécier letravail d'Andreas...
Une BD assez déconcertante: ni BD ni récit illustré, ni réaliste ni fantastique, ni biographique ni fictif .... Une curiosité, assurément.

Pour les amateurs de BD et de sémiologie, la lecture des autres articles est recommandé, surtout que les titres sont prometteurs:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire