mardi 21 mai 2013

Post-mortemm de Reich 18

Les gamejam très limitée dans le temps (entre2 et 4 jours) sont un très bon moyen de tester des idées bizarres, de sortir de sa zone de confort et de repousser ses limites. La Ludum Dare #26, une gamejam qui se déroulaient pendant le week-end du 27-29 avril 2013, avait pour thème "Minimalism". C'était la 4e fois que j'y participais. Je décidais cette fois d'utiliser Construct 2 un logiciel qui permet de réaliser aisément des jeux en HTML5 jouable directement dans le navigateur

Notes prises samedi dans le bus.
Ne pouvant commencer à coder que le dimanche, j'ai utilisé mon samedi pour réfléchir à comment concrétiser ce thème; je suis rapidement parti sur un pastiche des jeux Game & Watch, ces jeux vidéos portatifs et rudimentaires des années 80 (une sélection jouable en ligne). De plus, ces jeux ont la particularité de n'avoir pas de musiques, ce qui me permettait d'évacuer l'écueil musical: je ne sais pas du tout composer!
Le thème m'a fait penser aussi au courant avant-gardiste des années 50, le minimalisme, mais je n'étais pas vraiment emballé par son esthétique froide. Quelques idées venues ce samedi:
  • un vandale peignant un mur avec des graffitis; il faut éviter les policiers, peindre des slogans rebelles, etc.
  • un peintre peignant des toiles; on dirige un agent qui vend ces toiles; il faut éviter les attaques d'un "vandale" qui lacère les toiles; ça me semblait assez riche comme arrière-plan thématique mais j'ai finalement abandonnée cette idée car j'hésitais à définir l'identité de ce vandale: un artiste façon Lucio Fontana (mais dont l'éesthétique ne se rattache pas vraiment au minimalisme)? un vandale/anarchiste iconoclaste?...

Mais au final, la musique dite minimaliste me parlait davantage: c'est en écoutant le célèbre - et très beau - morceau de Steve Reich, "Music for 18 Musicians" (1974) que l'inspiration est venue!

Les interactions répétitives entre la partitions, les musiciens et le chef d'orchestre, ainsi que la qualité répétitive de la musique me sont apparu convenir parfaitement à une transposition à un gameplay par nature minimaliste et répétitif d'un Game & Watch!

Les graphismes et animations n'ont pas posés de difficultés. La partie sonore réduite à quelques bleep-bleep a été faites avec Musagi, un petit logiciel gratuit très intuitif de composition musicale axé chiptune. Et grosso modo, la partie code sous Construct 2 a été peu laborieuse mais pas trop pénible, même si je ne connais pas autant le logiciel que GameMaker 8.

Mockup avec quasiment tous les graphismes.
Par contre, j'ai commis l'erreur que je fais à chaque gamejam: finaliser les graphismes et débuter le code AVANT de bien définir le gameplay! A quelles action correspond telle touche? Comment le score évolue? quelles sont les conditions de victoire/scoring/défaite? etc. J'ai eu beau ajuster comme j'ai pu le gameplay aux ressources que j'avais crées mais je pense que c'est tout de même très bancal au final: il n'est pas évident de comprendre comment jouer, comme me l'ont comprendre une majorité de joueurs! C'est LE gros point noir du jeu.
J'aurais pu ajouter une difficulté graduelle (les notes apparaissent de plus en plus rapidement), comme la plupart des Game&Watch le font, mais à la fin du week-end j'étais passablement fatigué...

L'écran est divisé en 4 secteurs: la contrebasse, les cymbales, le vibraphone et le piano; chacun a une partition qui se déroule en 5 étapes. En pressant les touches X,C,V ou B lors de la dernière étape on gagne 1 point; si on presse la mauvaise touche, une vie est perdue. Et en déplaçant le maestro au dessus du bon musicien à l'aide des flèches GAUCHE et DROITE, on obtient 5 points au lieu de 1.
Le score maximum est 999, il y a 3 vies, et la difficulté n'augmente pas... oui, le côté minimaliste/répétitif à bon dos!
Screenshot de la version finale.
En bref, une session globalement réussie; au final, le jeu a obtenu une 5e pour ses graphismes dans sa catégorie "Jam".
Pour y jouer en ligne, suivez ce lien.
Sinon le jeu est téléchargeable via cet autre lien; il suffit ensuite d'extraire les fichiers de l'archive et ouvrir le fichier index.html avec votre navigateur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire